Fruits de passions

Fruits de passions

Aiguille du Fruit (alpages à 2550 m)

IMG_2854.JPG
Vue du haut des alpages (2550 m environ) :

le massif de Péclet-Polset (3562 m) et le glacier de Gébroulaz

 

Vallée des Allues, Vanoise, Savoie

Altitude de départ : 1690 m (départ du parking de la réserve de Tuéda, à Mottaret)

Altitude d'arrivée : 2550 m environ

Dénivelé : 900 m environ

Durée : une journée

Type de course : randonnée difficile

 

 

PRESENTATION

 

Une belle randonnée sauvage, en-dehors des sentiers. Elle exige cependant une bonne expérience de la montagne, un bon sens de l'orientation, une attention de tous les instants (pentes raides et risque de chutes de pierres)... et un casque, au cas où.

Il vaut mieux prendre cet itinéraire très tôt le matin, cela réduit  le risque de chute de pierres (selon le processus de thermoclastie, une roche contractée par le froid de la nuit se dilate et se fragmente avec l'arrivée de la chaleur du soleil).

Le coin est à éviter absolument en cas de neige abondante, à cause du risque élevé d'avalanches.

C'est un site formidable pour observer les chamois et les bouquetins, surtout au printemps et en automne.

Et... la vue est magnifique!

 

 

ITINERAIRE

 

 AiguilleduFruitcarte1.jpg
Vue d'ensemble
de l'itinéraire

 

AiguilleduFruitcarte2.jpg

Zoom sur la partie délicate de l'itinéraire

 

 

Du bas de Mottaret, prenez en direction du SSE le large chemin de terre vers le lac de Tueda. Traversez le plan de Tueda jusqu'au fond, puis, poursuivez à gauche le chemin qui monte vers l'Ouest le long du Doron des Allues. Vous atteindrez alors le vallon du Fruit (2000 m environ).

 

Traversez le petit pont qui enjambe le Doron. A partir de là, il n'y a plus de sentier balisé.

 

Suivez le Doron vers l'amont, traversez le grand replat vers le Sud, en laissant derrière vous et sur votre gauche le grand cône d'éboulis de l'aiguille du Fruit.

Lorsque vous parvenez sous une barre rocheuse, commencez à monter la pente sous cette barre. La difficulté ici est de trouver une belle vire herbeuse, qui part sur la gauche, et vous permet d'arriver très facilement au-dessus de la barre rocheuse. Il y a un bon point de repère pour repérer le départ de la vire : une grande roche plate et verticale. La vire démarre à gauche de cette roche.

 

 

IMG_0414.JPGVue sur l'itinéraire de montée (en été)

 

Arrivés en haut de la barre rocheuse, il faut montrer tout droit dans la pente raide, jusque sous un nouveau cône d'éboulis, où il y a un petit replat. Ne vous aventurez pas dans les éboulis, mais tirez à droite sous le cône, en restant sur le replat.

 

Le second obstacle est de franchir la deuxième barre rocheuse qui se trouve au-dessus de vous. Pour ce faire, montez en diagonale dans la pente raide.

Vous traverserez deux couloirs d'éboulis. Attention de bien choisir le point où les franchir : là où ils sont peu larges et où il y a quelques roches solides affleurantes où mettre les pieds.

Continuez à monter en diagonale. Vous atteindrez alors un point où la barre rocheuse se rétrécit en hauteur et en épaisseur, et où une large pente herbeuse, parsemée de roches affleurantes, permet de franchir assez facilement la barre. il faut monter la pente en diagonale de la droite vers la gauche, c'est le plus simple.

 

Une fois au-dessus de cette seconde barre rocheuse, continuez à monter la pente raide herbeuse en diagonale-gauche. Vous devez à nouveau franchir deux couloirs d'éboulis.

En haut à gauche de la grande pente herbeuse, y a une dernière petite pente herbeuse bien raide, qui passe entre les roches et vous fait aboutir à un nouveau replat, situé en aplomb d'une petite barre rocheuse. A mon sens, c'est le point le plus haut qui soit atteignable sans matériel d'alpinisme.

Au-dessus, c'est la grande falaise rocheuse du versant Ouest de l'aiguille du Fruit, où seuls les chamois et les bouquetins s'aventurent. Il y a bien quelques grands couloirs d'éboulis raides et étroits, qui entaillent cette falaise. Mais, déneigés, il sont dangereux, avec beaucoup de chutes de pierres. Je vous déconseille donc de vous y frotter.

 

Mais du replat herbeux que je vous ai indiqué, la vue est déjà merveilleuse. Profitez-en et détendez-vous : c'est vraiment de la montagne sauvage! Si vous arrivez très tôt le matin, ce replat constitue égalemet un excellent poste d'observation de la faune : chamois, bouquetins et... même des cerfs et des biches (observés en automne dans mon cas)

 

Pour la descente jusqu'en bas du versant, prenez le même itinéraire qu'à la montée. Prudence et concentration restent de mise, car les pentes à redescendre sont raides!

 

Une fois en bas du versant, le retour peut s'effectuer par le même itinéraire qu'à l'aller, mais il existe une variante.

Au bout du vallon du Saut, plutôt que de redescendre vers le plan de Tuéda, il est en effet possible de revenir vers Mottaret en passant au-dessus du bois des Ramées (cf mon article sur la randonnée du lac des Fées).

 

 

 

 

 

Vue panoramique du sommet du Roc du Soufre (2550 m) (vidéos à voir de préférence en Full HD 1080p) :

 

Au printemps :

 


 

 

En automne :

 




 

 

Contrat Creative Commons
Le contenu de Fruits de passions by Guillaume Humblot est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.

 



28/01/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres