Fruits de passions

Fruits de passions

Ghost in the shell : à l'aube d'un nouveau monde ? (partie 2)

Cliquez ici

 

 

Cet article est la suite de Ghost in the shell : à l'aube d'un nouveau monde ? (partie 1).

 

 

 

 

L'AVENEMENT D'UN RESEAU TOTAL ?

 

 

"En ces temps où la conscience digitale transite sur les réseaux,

l'individu n'est pas encore numérisé pour former l'élément d'un tout complexe"

(texte introductif de la saison 1 de Ghost in the shell - Stand alone complex)

 

 

Je qualifierais de "total" un réseau intégrant non seulement l'ensemble des activités et des réalisations de l'homme, mais aussi la personne humaine elle-même.

Par rapport aux réseaux que nous connaissons actuellement, comme par exemple internet, ceux qui existent dans l'univers de Ghost in the shell sont qualitativement très différents.

Ce ne sont en effet pas seulement des espaces d'échanges ou de partage d'informations, mais de véritables univers virtuels, dans lesquels les individus peuvent complètement s'immerger.

Si l'on comparait ces réseaux à un édifice, on pourrait même dire que les individus en sont les briques !

Car si, actuellement, les chaînons du réseau internet sont des ordinateurs faisant office de serveurs, dans l'univers de GITS, ce sont... les cyber-cerveaux de tout un chacun qui remplissent cet office!

 

 

Le réseau tel qu'on le voit quand on "plonge" dedans.

Les formes jaunes sont les cyber-cerveaux et les lignes bleues,

les signaux des personnes naviguant sur le réseau.

 

Ce qui est révolutionnaire, c'est qu'on assiste ainsi à une parallélisation des esprits au sein d'un réseau dénué de centre et de hiérarchie. Les esprits sont ainsi directement connectés entre eux, les informations circulant d'une mémoire à une autre. Si votre interlocuteur vous y autorise, il est même possible de plonger dans son cyber-cerveau, de fouiller sa mémoire, de ressentir ses émotions, d'avoir accès à ce que perçoivent ses sens (vue, ouïe...), etc.

 

 

"Chat room" virtuelle. Les personnages que l'on voit sont en fait les avatars

des personnes qui chattent. Les répliques s'affichent devant eux.

Ghost in the shell - Stand alone complex, saison 1, épisode 9

 

Alors que la notion de vie privée semble perdre tout son sens, quelles barrières reste-t-il entre les individus ? Pas grand-chose en fin de compte, à part quelques dispositifs défensifs protégeant le cyber-cerveau, et surtout le ghost, de toute connexion indésirable. Chaque cyber-cerveau dispose notamment d'un système "pare-feu" pouvant aller jusqu'à griller le cerveau de toute personne cherchant à s'y introduire sans autorisation.

Il existe par ailleurs tout un arsenal juridique réglementant la navigation sur le réseau et condamnant notamment les actes de piratages.

 

Mais tous ces garde-fous représentent peu de choses pour un hacker doué. Il est en effet possible de pirater un cyber-cerveau en perçant ses barrières défensives. Les hackers les plus doués, notamment ceux de classe "archimage", peuvent même pirater le ghost de la victime. A partir de là, tout est possible : implanter de faux souvenirs dans la mémoire de la victime, lui faire voir des choses qui n'existent pas, etc, jusqu'à écraser sa personnalité, lui en implanter une autre et la manipuler à distance comme une marionnette.

C'est justement ce que fait le "puppet master" dans le tome 2 du manga et dans le 1er film. Par exemple, un éboueur, dont le ghost a été piraté par ce hacker, est persuadé qu'il est marié et père d'une gamine, que sa femme l'a quitté et qu'il essaye de pirater son cyber-cerveau pour l'espionner. En réalité, il est célibataire sans enfant, et le cyber-cerveau qu'il pirate est celui de la secrétaire d'un homme politique influent...

 

Au-delà du simple phénomène du piratage, qui relève du domaine de la criminalité, la parallélisation des esprits modifie en profondeur les rapports sociaux.

Elle provoque notamment l'apparition de phénomènes psycho-sociaux inédits.

Ainsi, les personnes touchées par le syndrôme de la coquille fermée, dénommé également "autisme du cyber-cerveau", ne peuvent pratiquement plus vivre que dans le réseau virtuel.

Ce trouble psychique, qui touche surtout des enfants, est lié au fait que certains d'entre eux sont "hyper-compatibles" avec le réseau. Celui-ci est alors comme leur environnement naturel, auquel ils sont adaptés de façon exceptionnelle. Dès lors, le monde réel ne suscite chez ces enfants qu'angoisse ou indifférence. Complètement dépendants du réseau, ils ne peuvent plus en sortir sans aide une fois qu'ils y sont connectés...

Dans l'épisode 11 de la saison 1 de Ghost in the shell - Stand alone complex, une enquête de la section 9 a lieu dans un centre prévu pour accueillir des enfants touchés par cette pathologie. On voit notamment que le centre exploite les dons exceptionnels de ces enfants pour leur faire concevoir et tester des barrières : pare-feus, barrières labyrinthe, etc. Le Rieur, un hacker de classe archimage dont l'identité est inconnue, les utilise même pour pirater avec une extrême facilité le réseau du ministère de la santé, pourtant très bien protégé.

 

Mais le phénomène psycho-social le plus remarquable qu'ait engendré la parallélisation des esprits est, sans aucun doute, le "stand alone complex" ou complexe de la solitude.

Dans une certaine mesure, ce phénomène rappelle celui du "copycat", que l'on observe parfois de nos jours. Il désigne une ou des personnes reproduisant un évènement relaté par les médias. Il peut s'agir d'un meurtre, d'un suicide, d'un incendit criminel, etc. Si la nouvelle atteint des personnes d'un profil psychologique particulier (des tarés, quoi!), ces derniers se mettent à copier l'action médiatisée. Par exemple, s'il s'agit d'un meurtre, ils le reproduisent en choisissant des victimes  du même type et en utilisant un mode opératoire similaire.

A noter qu'il n'est pas nécessaire que l'évènement ait réellement eu lieu, mais simplement que le copieur en soit persuadé. Par exemple, un incendie accidentel pris à tort par les médias pour un acte criminel sera suivi par des incendies criminels provoqués par des copieurs.

 

Cependant, le complexe de la solitude diffère du "copycat" en ce que, dans ce type de cas, PERSONNE n'est à l'origine de l'action copiée. Il suffit simplement qu'une rumeur se répande et que des personnes soient persuadées de sa véracité pour qu'elles se mettent à copier un modèle qui n'existe pas et une action qui n'a peut-être jamais eu lieu (selon le principe de l'incendie accidentel pris à tort pour un incendie criminel). Ces personnes agissent de façon isolée et sans concertation.

Ce phénomène, qui rappelle un peu celui de l'hystérie collective, apparaît si l'évènement qui en est à l'origine a une forte résonnance affective auprès d'un certain nombre d'individus. Il semble en effet s'appuyer sur des tensions d'ordre politique, économique, social ou psychologique ressentis par une frange de la société.

Une scène de la saison 1 de GITS - Stand alone complex illustre bien ce qu'est ce phénomène. Daïdo, un préfet de police, mouillé jusqu'au coup dans un scandale, tente de se dédouaner au cours d'une conférence de presse télévisée. Durant celle-ci, le Rieur (du moins, tout le monde pense que c'est lui), pirate le ghost du voisin de Daïdo et, par son intermédiaire, ordonne à ce dernier de révéler la vérité. Les menaces qu'il profère à l'encontre du préfet de police restent néanmoins assez vagues. Peu après, durant une autre allocution publique de Daïdo, ce dernier est la cible de multiples tentatives de meurtres de la part d'une trentaine d'individus. Ces derniers, qui ne se connaissent pas entre eux et qui agissent isolément, sont chacun persuadés d'être l'authentique Rieur ou d'agir sous son ordre. Ce sont les menaces du Rieur (ou présumé tel) durant la conférence de presse (qui n'étaient même pas explicitement des menaces de mort!) qui ont déclenché cette vague d'attentats.

J'imagine que le "Rieur" a exprimé tout haut un profond ressentiment partagé par tous à l'égard des élites et de leur corruption supposée. Ajoutez à cela l'aura de ce mystérieux personnage auprès du public, qui le voit comme une sorte de héros solitaire en lutte contre les injustices du système, et voilà ce qui, d'après moi, aurait déclenché ce stand alone complex.

Aussi invraisemblable que ce phénomène puisse paraître, il faut bien voir qu'il se produit dans une société d'hyper-communication, dans laquelle les individus se partagent leur mémoire, leurs émotions et leurs pensées sans pratiquement aucune barrière. Ce qui peut expliquer notamment la confusion d'identité qui en résulte, le tout venant pouvant être persuadé dur comme fer qu'il est le vrai Rieur.

Qui est-il réellement, d'ailleurs ? C'est simple, il n'existe pas... vu qu'il n'y a que des copies sans original! Pour en savoir plus, regardez cette excellente série^^.

 

Est-ce à dire que l'individu est en train de se fondre dans un tout numérique ?

Comme je l'ai dit dans la première partie de cet article, le ghost ne peut (encore?) s'affranchir du corps qui l'héberge sous peine de disparaître. Cependant, dans la seconde saison de GITS - Stand alone complex, Kuze, un révolutionnaire, souhaite ouvrir une nouvelle ère de l'histoire de l'humanité en envoyant des millions de ghosts sur le net. Des membres de la section 9 se demandent alors si tous ces ghosts, affranchis de leurs corps respectifs, ne risqueraient pas de se déliter. Pour disparaître définitivement ou pour former une forme de conscience collective ? C'est une question qui reste en suspens dans la série, d'autant plus que le projet de Kuze échoue.

Cependant, indépendamment de cette question, on assiste à l'émergence d'un inconscient collectif sur le réseau, du fait de la synchronisation des consciences des personnes qui sont connectées au réseau via leur cyber-cerveau. Cet insconscient collectif, qui agit de son propre chef (ce qui est en soi révolutionnaire) mais par l'intermédiaire du réseau et d'individus, forme une sorte de consensus général qui régule le système, la société.

C'est dans l'épisode 15 de la seconde saison de GITS - Stand alone complex que les tachikomas évoquent l'émergence de cet insconscient collectif. Dans l'OAV qui suit cette saison, GITS - Solid State Society, le marionnettiste* n'est rien d'autre qu'un avatar de cet inconscient collectif. Au vu du nombre très élevé de meurtres d'enfants et de la catastrophe que cela présage pour le futur de la nation japonaise, déjà vieillissante, le marionettiste utilise tous les moyens nécessaires, même illégaux, pour sauver ces enfants et leur assurer un avenir. A sa manière, il oeuvre donc pour le bien commun, exprimant par là même une opinion partagée par un grand nombre de citoyens japonais qui, bien que passifs à l'égard de l'évolution négative de leur société, sont préoccupés par celle-ci.

 

Donc, non, l'individu n'est pas (encore ?) numérisé pour former l'élément d'un tout complexe. Cependant, l'on assiste aux premiers balbutiements d'une nouvelle entité autonome, qui se situe à une échelle supérieure à celle de l'individu et même à celle du groupe.

 

Suite de l'article : Etape ou fin de l'histoire de l'humanité ?

 

 

*Ce personnage n'a rien à voir avec le puppet master du manga et du 1er film, même s'il utilise les mêmes méthodes.

 

 

 

 

Contrat Creative Commons
Le contenu de Fruits de passions by Guillaume Humblot est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.



17/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Voyages & tourisme pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres